a la une...

SERVICES PUBLICS ET INDUSTRIE
LA CGT RESTE MOBILISEE
 

fermeture de 4 salles au bloc operatoire de l'hopital de bastia !

Communiqué du syndicat CGT Santé

Fermeture de 4 salles au bloc opératoire. Situation prévisible, inacceptable, dangereuse : la CGT accuse depuis de nombreuses années

Nous attendons un bloc opératoire neuf depuis 15 ans, ces travaux ne cessent d’être repoussés comme l’ensemble de la modernisation de notre hôpital. 
 
Voici ce que la CGT déclarait (encore et toujours) en mai 2017 

"La Cgt a été reçue mercredi 14 mai 2017 par le Directeur Général de l’ARS en présence de la direction de l’Hôpital, une fois de plus aucune réponse favorable sur ces sujets. Nous avions alors une salle fermée, depuis des mois la situation est devenue inadmissible au bloc opératoire. Nous apprenons aujourd'hui que la vétusté des locaux nécessite la fermeture d’une deuxième salle pour 8 semaines.... 

En plein début de saison estivale avec 3 millions de touristes en moyenne en Corse, après des mois de conditions de travail tendues, après tous les efforts faits pour être attractif dans un domaine fortement concurrentiel en faveur du privé lucratif, alors que notre pays est en état d’urgence permanent avec des risques attentats, et que nous avons déjà connu des afflux massifs de patients parfaitement gérés, la CGT accuse tous les décideurs de laxisme, de complicité de mise en danger de la population, de méconnaissance des dossiers en plus hauts lieux, de destruction de l’hôpital public. Trop c’est trop, nous avions averti la CME, les conseils de surveillance successifs, il fallait être plus forts et lucides sur l’état obsolète de notre structure. 

Comment accepter d’être Hôpital pivot du Groupement Hospitalier de territoire, faire de la belle prose pour répondre aux attentes d’administratifs qui de leurs bureaux sont complètement déconnectés des réalités de terrain, de gouvernements et ministères de la SANTE qui empilent des réformes ne visant la qualité et la sécurité sanitaire de tous sur tous les territoires que sur le papier  ??? 
La CGT en appelle à toute la communauté médicale, à l’ensemble du personnel pour demander à l’ARS des mesures urgentes, à eux de les trouver, qui ne pénalise ni les patients, ni l’hôpital public. 
Trop facile de nous dire, il faut fermer on ne peut rien faire, reporter les interventions, diriger les patients vers le privé, c’est l’aubaine pour eux !!!
Une salle de bloc fermée, 4 salles fermées, c’est bien plus grave qu'une seule journée de grève pour laquelle le personnel est assigné et fait fonctionner le bloc opératoire. La CGT exige des réponses urgentes, autres que celles proposées hier, et informe la population de cette situation." 
 
Nous exigeons une réunion urgente de tous les responsables avec le Directeur de l’ARS.
 

pour les services publics et le développement industriel.

Toujours et plus que jamais mobilisés.

Le pays a besoin d'une industrie et de services publics forts répondant aux besoins de la population, qui assurent un développement économique des territoires, la création d'emplois et le progrès social pour tous.
 

Emmanuel macron veut faire payer les retraite-e-s...

Emmanuel Macron a été élu Président de la République en restant assez vague sur son programme. L'étude attentive de ce qu'il envisage de faire, au delà d'un flou persistant, est de nature à inquiéter sérieusement les retraité-e-s. D'autant qu'il a l'intention d'aller vite ... et par ordonnances !
 

UD Cgt

Bourse du Travail Emile Reboli
Impasse Patrimonio
20200 BASTIA
Tél. 04-95-31-71-98
-A l'attention de la Section Cgt des Retraités-
Réunion tous les lundis à partir de 9h30

RETRAITES : DEMANDE D'AUDIENCE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

NEUF ORGANISATIONS SYNDICALES ET DE RETRAITES DEMANDENT UNE ENTREVUE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE AU COURS DE LA JOURNEE DE MOBILISATION DU 28 SEPTEMBRE PROCHAIN (lire ici)
 
A l'appui de cette initiative l'UCR CGT
adresse une lettre au Président de la République
 

solidarite avec les salaries du corssad


Un beau rassemblement de solidarité avec les salariés du CORSSAD.
 
Mercredi 28 juin. Préfecture de Bastia
 
Après avoir subi par le clan Giammari des conditions de travail lamentables il n'est pas question que le groupe financier Doc Gestio aux méthodes brutales reprenne la structure et ses 300 employés. La CGT milite pour que l'économie sociale et solidaire et les structures qui la composent soit les seuls repreneurs possibles.
 
A ce rassemblement des salariés d'autres associations étaient présents en solidarité mais aussi pour montrer que ce secteur qui emploie des milliers de personnes en Corse doit bénéficier de toute l'attention des pouvoirs publics. Le 12 juillet le tribunal de Bastia doit rendre sa décision.
 
Pas question que M Bensaid et son groupe financier prennent pied en Corse pour mener leurs opérations spéculatives et financières.
 
 

Détournement d’une juste revendication

Par effet d’annonce le président de l’assemblée de corse accorde 50% de réduction aux retraités disposant d’une pension de moins de 1250 euros.
Rappelons que la revendication de la CGT est une réduction de 50% sur le prix total du billet.
Un billet d’avion Bastia-Marseille aller/retour coûte 156,40 euros décomposé comme suit :
  • Tarif hors taxe 90.00
  • Taxe solidarité 2.26
  • Taxe nuisance 12.67
  • Taxe aviation civile 8.88
  • Taxe chambre comm 25.45
  • Taxe transport CTC 9.14
  • Frais de gestion 8.00
Lorsque vous achetez un billet, vous versez la totalité de son prix à la compagnie aérienne qui en reverse une partie à l’Etat lequel en reverse aux chambres de commerce et à la CTC.
 
On peut constater, par exemple, que les CCI de Corse encaissent 12 euros par billet pour votre transport (sécurité incendie et sécurité ) alors que celle de Nice encaisse 7.89 € et celle Marseille 9.00 € pour les mêmes prestations.
Pour mémoire, les compagnies low-coast (Easy Jet, Volotea, Ryanair ...) ne paient que 50% de cette taxe.
En annonçant 50% de réduction sans aucune précision, l’exécutif de l’assemblée passe un message trompeur. Si vous êtes pauvre (1200 € mensuels), si vous n’êtes pas malade et donc pas pris en charge par la sécu, et que par hasard vous auriez économisé un peu d’argent pour partir en vacances ou voir de la famille sur le continent, vous bénéficierez de 22.50 euros de réduction par passage, soit 45 € pour un aller/retour, au lieu de 78,20 €.
 
A titre indicatif, les 25 000 retraités pauvres bénéficient théoriquement de cette mesure.Combien en bénéficieront réellement ?

 

Vie nouvelle...

GARDER LE CAP en retrouvant dans le magazine VIE NOUVELLE toute l’actualité des retraités : retraite, pouvoir d'achat, dossier, santé et protection sociale, dépendance, vie syndicale, international, loisirs et infos pratiques… Six numéros par an en direction de nos 70 000 abonnés